Etat d’esprit Champion

now browsing by category

 

Comment tenir vos « bonnes résolutions » ? Apprenez à échouer avec une classe internationale

Je vais vous dire une chose qui risque de vous étonner : les champions échouent bien plus que les gens ordinaires. Pour réussir à tenir mes résolutions, j’ai adopté depuis longtemps l’état d’esprit des champions, ceux qui réussissent là où la plupart des gens échouent.

Comment font les champions ?

Laissez-moi vous raconter une histoire qui m’inspire et que je raconte à chacun de mes clients qui se lancent un défi.

Pendant l’été 2010, sur la rade de Toulon, l’équipe de rugby professionnelle finit son entraînement. Un groupe de 3 buteurs se prépare à continuer les séances de tir entre les poteaux. Parmi eux, Jonny Wilkinson, le meilleur buteur de tous les temps, avec plus de 1 000 points réussis en match international.

Les tireurs se mettent en place, mais un vent à presque 70 km/h empêche toute transformation. Les statistiques, habituellement autour de 80 %, sont inférieures à 15 % pour tout le monde. La plupart d’entre nous n’auraient même pas commencé l’entraînement dans ces conditions (chaleur, fatigue, vent, etc.), mais eux, oui.

Pendant combien de temps auriez-vous tenté votre chance avec un aussi faible taux de réussite ? 30 minutes seraient déjà très au-dessus de la moyenne, car si c’est facile à dire, dans la réalité il faut aller rechercher les ballons, refaire les réglages, se concentrer, tirer, etc.

Au bout d’une heure et demie et d’innombrables réglages, essais et échecs, le nombre de tirs réussis n’excède pas les 2 sur 10, donnant plus l’impression d’être dus à la chance qu’à une quelconque technique mise au point. Le vent ne faiblit pas, au contraire, et quand tout le monde remballe son matériel, Jonny, lui, tire encore et encore, en face des poteaux, sur le côté droit, à gauche, plus près, à 40 m…

Ce jour-là, il a accepté d’échouer des milliers de fois quand les meilleurs d’entre nous auraient arrêté au bout d’une centaine d’essais. Quelques mois plus tard, Jonny qualifie son équipe en finale de la coupe d’Europe en marquant tous les points au pied par un jour de grand vent.

Les champions échouent bien plus que vous et moi, car ils sont prêts à échouer beaucoup plus que nous, pour arriver à leur but !

Ce qu’il faut faire pour être sûr d’échouer

Depuis plus de 15 ans, j’accompagne toute sorte de personnes dans la réussite de leurs projets, challenges et défis. Certains sont farfelus, comme relier Nantes au Danube en vélo couché, d’autres exceptionnels, comme monter un business millionnaire en un an. Mais j’ai envie de vous parler de résolutions qui paraissent plus simples, mais finalement qui mobilisent les mêmes processus mentaux.

Je vous prends à témoin, car je sais que vous avez fait le même constat que moi, mais sans y prêter attention peut-être. Avez-vous remarqué que les gens qui n’arrivent jamais à s’arrêter de fumer ou à perdre du poids ont tous les mêmes stratégies d’échec ?

  • Ils décident d’arrêter de fumer, généralement suite à une prise de conscience des conséquences pour eux ou pour leurs proches.
  • Pendant les premiers jours c’est difficile, mais la motivation est à son maximum, la volonté est forte et ils sont capables de repousser toutes sollicitations internes ou externes.
  • Au bout de quelques semaines pour les plus forts, la fatigue prend plus souvent le pas sur les motivations de départ (qu’ils ont souvent oubliées), les encouragements admiratifs sont plus rares…
  • Et arrive le fameux moment où ils craquent : un coup dur, beaucoup de stress au boulot, une soirée « trop bien » et ils craquent… Comme tout le monde, même les champions mettent un genou à terre.
  • Mais voilà où la différence se fait, avec ceux qui vont réussir leurs défis. Les perdants reprennent à fumer « j’ai craqué ce week-end, j’ai repris la cigarette, c’est con !… ». Ce qui est « con », ce n’est pas d’avoir repris la cigarette, c’est de ne pas recommencer à arrêter !
  • Sachez que les champions vont craquer aussi, mais dès le lendemain ils vont reprendre leurs « bonnes habitudes » et pour ceux qui veulent des résultats plus rapides, ils vont appliquer la « Loi de Compensation »…

Mais celle-là, je vous la réserve sur mon site www.nicolas-elzeard.com, le site des entrepreneurs qui veulent mieux utiliser leur mental pour passer un cap dans leur business et équilibrer leur vie dans leur succès. Venez nous rejoindre 😉

Donc, si vous prenez de bonnes résolutions cette année, bravo, c’est l’occasion de passer à un niveau supérieur sur un point important de votre vie. Mais préparez-vous à échouer ou à craquer, parce que ça va vous arriver. Soyez humble. Quand vous craquerez…, profitez-en, récupérez et reprenez au plus vite vos résolutions. Dans un an, vous ferez les comptes et vous aurez gagné.

Relever ce défi de moins de 1 minute

Prenons une résolution concrète ensemble, qui va booster votre mental et votre corps en moins d’une minute. Ça vous intéresse ?

Allons-y progressivement, car c’est une clé du succès à long terme. Engagez-vous chaque matin à faire 10 flexions avec les jambes et 10 pompes (vous pouvez même faire cet exercice les mains surélevées sur une table ou face à un mur, si c’est trop dur de les faire au sol). Je vous donne mes 2 astuces personnelles.
1- Je les fais juste avant de prendre ma douche.
2- Si je n’ai pas pu les faire le matin (réveil en cata, fatigué), je me challenge pour les faire quand même lors d’une pause, surtout l’après-midi, ça réveille bien.

10 de chaque tous les jours. Puis chaque semaine vous en faites 2 de plus, 12, 14, etc. Si pour arriver à 10 c’est trop dur, arrêtez-vous, récupérez et reprenez sans vous poser de question, mais en vous félicitant de développer l’esprit d’un champion, reprenez.

Dès les premières fois, vous ressentirez tout de suite une énergie et une tonicité dans votre quotidien, le pic hormonal qu’apportent ces 2 enchaînements va vous apporter plus d’assurance et de confiance qu’un an de coaching en développement personnel.

Est-ce que vous allez louper 1 jour ou 2 ? Un week-end même ? Je n’en ai aucun doute. 😉 Il se peut même que vous sautiez une semaine complète en vacances ou lors d’un rush au boulot. Quand cela arrivera, profitez-en et recommencez dès que possible, regardez-vous en face et notez dans votre agenda le jour de la reprise, ne réfléchissez pas, recommencez et faites les comptes à la fin de l’année.

Creusez l’écart jour après jour

Les perdants qui auront pris l’engagement de le faire tous les jours, avec l’arrogance de croire qu’ils ne failliront pas, vont faire le jeu 3 ou 4 semaines, puis vous connaissez la suite… Remplis de culpabilité d’avoir loupé un jour, puis l’autre, etc., ils finiront par enterrer leurs résolutions. Je me trompe ?

J’ai pu obtenir (sous le manteau, et vous allez comprendre pourquoi) les statistiques de fréquentation de 3 salles de gym qui suivent la présence des adhérents avec un système de carte magnétique assez fiable. Ce système leur permet d’optimiser la gestion des salles et des coachs. Sur les 3 dernières années, les chiffres sont constants et consternants. Au bout de 5 à 6 semaines, 50 % des adhérents ne viennent plus de manière régulière (soit moins de 2 fois par mois) et au bout de 3 mois c’est 80 % des adhérents qui ont payé une cotisation à l’année qui ont disparu des radars. Si vous avez comme moi fréquenté les salles de sports, piscines, salles de musculation et autre fitness, ces 30 dernières années, je suis sûr que ces chiffres ne vous surprennent pas.

Faisons les comptes des resolutions sur l’année :

Total de l’année des “esprits perdants” après 3 semaines, en pompes :
10 x 7 jours =70
12 x 7 jours = 84
14 x 5 jours = 70
Total = 224 pompes, je leur en donne 300 max. Disons 100 par semaine pour ceux qui tiendraient 4 ou 5 semaines.

Total pour vous qui avez adopté “l’esprit champion” :

C’est une suite arithmétique de raison 2 et de premier terme 10 et n = 52 (vous me suivez ?)
Le nombre de pompes que vous ferez chaque jour après 52 semaines sera de :
U52 = 10 + 52 x 2 = 114 pompes par jour

Et la somme totale sur l’année S52 = 7x (52 + 1) x (10 + 114) / 2 = 23 003 !
Woho ! félicitations !
Vous en aurez fait 76 fois plus que les perdants, soit 7 600 % de mieux.
Le salaire moyen d’un Français est autour de 2 000 €/mois, ça vous dirait de gagner 152 000 € par mois ? Commencez alors par faire 10 pompes chaque matin.

Même si vous sautez 2 semaines, 3 week-ends et 10 jours sur l’année, vous avez largement gagné, votre condition physique sera 10 niveaux au-dessus du reste de la population mondiale à la fin de l’année, car vous ferez chaque matin plus de 100 pompes et autant de squats, ce qui est exceptionnel, sachez que moins de 10 % des sportifs amateurs dans le monde sont capables de faire un tel exploit. Incroyable !

Dans une année, vous aurez développé un véritable mental de guerrier inarrêtable en éprouvant la sagesse de Keith Cunningham : «  Des actions ordinaires faites avec constance entraînent des résultats extraordinaires. ».

Imaginez les conséquences sur les autres projets dans votre vie : que va-t-il se passer pour vous avec un tel état d’esprit ?
Partagez vos défis et vos projets dans les commentaires et inspirez-vous de ceux qui l’auront fait avant vous.
À vous de jouer maintenant.

Relevez le défi ” 7 JOURS POUR TRANSFORMEZ VOTRE VIE “ cliquez ici

Cet article participe à l’évènement “Votre meilleure astuce pour appliquer vos bonnes résolutions” du blog Devenez Meilleur. J’apprécie beaucoup ce blog, dont mon article préféré est Comment vous conditionner à réussir. Merci de voter pour mon article dans cet évènement Cliquez ici pour voter pour mon article si vous l’aimez !

Deux moyens de réussir tout ce que vous entreprenez

Quelles sont les stratégies qu’utilisent ceux qui réussissent tout ce qu’ils entreprennent ? C’est surement compliqué! c’est pas pour moi ! Et si c’été plus facile qu’il n’y parait:

Pourquoi vous ne devez pas compter sur le système de retraite ?

L’état d’esprit se construit au quotidien en étant immergé dans une culture, une famille, une pratique, etc. Comment le système de retraite actuel nous lobotomise pour être moins entreprenant et audacieux.

Transcription texte de la vidéo :

Bonjour les amis, ici Nicolas Elzéard, le coach des entrepreneurs libres, riches et bienheureux. Aujourd’hui, je vous propose de regarder en face le système traditionnel des retraites, qui, bien sûr, a plusieurs inconvénients.
Le premier, c’est qu’il nous fait sacrifier les plus belles années de notre vie pour attendre une éventuelle retraite bienheureuse, plus tard.
Le constat malheureux, et c’est le deuxième inconvénient, c’est qu’aujourd’hui, plus de 80 % de la population ne touche pas assez d’argent pendant sa retraite et doit dépendre de sa famille, de systèmes d’aides gouvernementales ou autres pour pouvoir mener une retraite où juste elle subsiste. On ne parle pas, là, de voyages, du Club Méditerranée tous les jours. Pas du tout, pour 80 % de la population, il y a seulement 1 % de la population de retraités qui est indépendante financièrement, et il reste à peu près 19 % de la population qui a une retraite correcte, mais qui ne permet pas de faire de folies.
Donc, sacrifier ses plus belles années pour avoir après , pour 98 % de la population, une vie bof bof, je ne trouve pas que ce soit un super système.

Mais le plus dangereux, le plus embêtant, c’est que ça développe un état d’esprit. Parce que, encore une fois, pendant des années ça développe quel état d’esprit ?

Premièrement, l’état d’esprit de “plus tard ce sera mieux”, et c’est une grave erreur. Quand vous dites “ben, si je m’organisais j’aurais plus de temps à consacrer à ma famille”, c’est le meilleur moyen pour ne jamais y arriver. Consacrez du temps à votre famille et vous verrez comment vous organiser derrière.

“Ah, si j’avais plus d’argent, je développerais mon activité !” Commencez par poser des actions pour développer votre business et vous verrez que vous aurez plus d’argent.
Bref, l’idée ce n’est pas de se dire “quand j’aurai ça je pourrai faire mon truc derrière”, ça n’arrive jamais. C’est un état d’esprit de loser. Et vous savez qu’ici, on n’a pas d’attitudes de loser, car la meilleure recette du succès, comme le dit Jim Rohn, c’est de ne pas faire ce que font les losers.
Le deuxième état d’esprit que ça développe, c’est souvent l’état d’esprit “travailloman”, c’est-à-dire qu’il faut que je travaille beaucoup maintenant, parce que plus tard ça sera mieux et je pourrai récupérer. En fait, ce n’est pas vrai. Quand, toute votre vie vous avez beaucoup travaillé, vous avez consacré énormément de temps à votre travail, que se passe-t-il ? Au moment de la retraite, on ne sait pas quoi faire. Et si on ne prévoit pas les temps libres, on va avoir peur du vide et on va de plus en plus travailler.

Donc soit on ne prend jamais sa retraite, on la repousse. Et je vous garantis qu’aujourd’hui j’accompagne des tas d’entrepreneurs qui sont dans cette problématique-là, qui n’arrivent pas à s’arrêter et qui font de soi-disant passations, de soi-disant transmissions d’entreprise, mais qui, en fait, font tout pour couper les barreaux de la chaise pour que ça ne marche pas. Soit qui tombent en complète dépression parce qu’après ils n’ont plus rien, parce qu’ils n’ont pas développé de vie sociale à côté.
Et le troisième et dernier état d’esprit que ça développe, parce que pendant des années et des années on va travailler dans cet état d’esprit là, c’est l’état d’esprit de “je vais dépendre de”. Plus tard, je vais dépendre du gouvernement, des aides, etc. Je ne serai pas autonome, pas indépendant.

Ce que font les entrepreneurs libres, riches et bienheureux, c’est de prendre en main leur retraite. C’est-à-dire que, dès aujourd’hui, je travaille des revenus passifs, des revenus qui vont faire que le jour où je m’arrêterai, j’aurai de toute façon des revenus. Retraite du gouvernement ou pas. Dès aujourd’hui, je prends ça en main.

Et nous verrons très bientôt aussi le principe de mini-retraite, c’est-à-dire d’organiser mon job, mon activité et mes revenus, de manière à ce que, maintenant, je puisse régulièrement prendre des mini-retraites – de 3 mois, de 6 mois, de un an – pour pouvoir me régénérer, me ressourcer et revenir ensuite dans mon activité avec de nouvelles idées, de nouvelles envies et, pourquoi pas, développer d’autres activités. Parce que, si on ne met pas tous ses œufs dans le même panier, c’est une bonne chose.

Je connais des entrepreneurs américains, par exemple, qui pratiquent ces mini-retraites, qui arrêtent pendant 6 mois ou un an leur entreprise, elle fonctionne quasiment toute seule en autonomie. Ce n’est pas “on s’en occupe un peu tous les jours”, non, c’est : pendant 6 mois elle peut fonctionner toute seule parce qu’il y a des gens pour s’en occuper, parce qu’ils ont mis en place des processus, que nous verrons ensemble, d’automatisation et de délégation, ce qui fait que pendant 6 mois, ils se vident complètement la tête. Quand ils reviennent, ils sont très frais, et parfois, durant ces 6 mois, ils ont développé une autre activité qui peut faire une source de revenus.

Vous voyez qu’on entre dans un système vertueux où on est autonome, complètement indépendant des aides gouvernementales et des autres, et sur lequel on prend énormément de libertés parce que, jeune, on peut s’arrêter régulièrement.
Voilà les amis, c’est fini pour cette semaine. Maintenant, c’est à vous de jouer. Je vous donne le petit coaching de la semaine : identifiez quelle source de revenus, petite source de revenus, vous pourriez commencer à développer. Quelles sont les choses, les “placements” – mais ne soyez pas bloqués uniquement sur les placements –, ce que moi j’appelle les revenus passifs qui peuvent me rapporter de l’argent sans que j’y consacre du temps ? Quelles sont ces sources-là ? Peut-être la Bourse, peut-être l’immobilier, pourquoi pas, éventuellement, les paris sportifs ; soyez créatifs, inventifs, des choses qui pourraient vous rapporter de l’argent de manière passive, et sur lesquelles vous auriez envie de vous renseigner.

Par exemple, moi, la Bourse ça ne m’intéresse pas du tout, est-ce que j’ai envie de m’y intéresser ? Non. Par contre, les paris sportifs, je me dis « tiens, finalement on met un peu d’argent, si on s’y connaît bien… » Il faut se renseigner pour ne pas se faire avoir, mais ça pourrait le faire. J’ai un de mes amis qui fait ça et qui, grosso modo, fait 50 % de rendement chaque année. Parce qu’il a des logiques et des stratégies tout à fait performantes et développées.

Donc, cette semaine, partagez juste en dessous vos idées de revenus passifs que vous pourriez avoir, c’est aussi ça l’état d’esprit du blog. Et pensez à vous inscrire sur la newsletter pour recevoir chaque semaine, les vidéos du blog des entrepreneurs libres, riches et bienheureux.

Comment musclez votre concentration pour booster vos performances ?

Découvrez comment vous pouvez multiplier par 5 vos résultats grâce à une plus grande concentration